Proposition n°14

Ladj Ly, réalisateur franco-malien, a créé l’école de cinéma ouverte à tous sans distinction :
Kourtrajme.

Le film Les Misérables (Césarisé en 2020) nous renvoie à la violence sociétale liée aux différentes formes de « misères » et notamment sur la situation complexe des « cités » et au-delà l’accroissement de ces « rixes » entre bandes de jeunes.

Ladj Ly évite les clichés mais pose une réflexion sur cette violence, la misère et la désespérance qui l’engendrent. L’action s’enracine à Montfermeil, dans le quartier où résidait le réalisateur et où il tournait des courts métrages lorsqu’il était jeune.

Nous sommes rapidement emportés dans tout un secteur « sensible » avec ses tensions entre clans, mais aussi avec la BAC dans une certaine complicité, parfois avec cette dernière. Dès le début du film on voit que tout peut basculer : images d’une foule en liesse à l’occasion de la coupe du monde de football en 2018, accompagnées d’une musique évoquant l’inquiétude.

Ce film nous confronte à des questionnements importants : les désirs humains mis à mal par la misère et ses conséquences mais aussi l’espérance. Il résonne avec notre actualité confrontée à des crises multiformes et avec les analyses exprimées dans l’Encyclique Fratelli Tutti. Il ouvre à un avenir possible.

« Il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes,
Il n’y a que de mauvais cultivateurs».
Victor Hugo.

Nous nous proposons de partager, en petit groupe, nos réactions, nos interrogations et nos points de vue.
Et donc en préparation de cet échange, nous dégagerons des questions que nous vous enverrons ainsi que des textes traitant le sujet et une bibliographie.

Le samedi 12 Mars 2022 de 9h30 à 12h

Avec Dominica MARSAUDON-MULLOY

Il est nécessaire d’avoir vu le film en amont.
Frais : 20€