LETTRE DU PRIEURÉ

SEPTEMBRE 2019

CROISSANCE ET FRAGILITÉ

Notre « Lettre aux Amis » change de forme. Cette lettre montre la Communauté du Prieuré dans sa transformation… une de plus ! Et pour débuter, il est nécessaire de se rappeler quelques éléments qui structurent notre mutation. Tout d’abord, notons l’importance de la formule « militer sous une Règle et un Abbé ». Un frère qui la pratique avec intensité apprend à maîtriser ses passions et émotions, sans les refouler, mais sans se laisser diriger par elles. Il les met au service de plus grand que lui, fruit précieux de toute vie monastique. Cette fidélité à la Règle est accompagnée, et parfois relativisée, par une autre exigence qui peut l’élargir. Il s’agit du désir, chez les frères, de croître simultanément dans leur humanité et leur foi, selon l’expression traditionnelle « Deviens ce que tu es. ». Les chemins qui y mènent, traditionnels ou nouveaux, sont nombreux. Nouveaux : développés dans une multitude d’occasions offertes par notre époque, qui permettent à chacun de pacifier les souvenirs douloureux, de reconnaître toutes les potentialités qui sommeillent en lui, et de développer celles qui s’accordent à son propre chemin. Mais aussi traditionnels. En particulier la culture des relations humaines à l’intérieur de la communauté, très développée dans la Règle. C’est ainsi qu’au chapitre 72, 3-5 on peut lire : Ce bon Désir, les moines doivent s’y adonner avec la brûlure de l’amour. C’est-à-dire qu’ils se préviennent d’honneur les uns les autres… Cet art de vivre en communauté est un long apprentissage qui peu à peu façonne un type d’humanité où l’autre est constamment perçu comme un partenaire indispensable car complémentaire. Et ce modèle s’exporte hors de la communauté, dans les multiples rencontres avec les personnes proches. Un lien fraternel s’est donc développé, créant un riche réseau, essentiel à la communauté, surtout lorsque l’âge et les infirmités ont fait apparaître crûment la fragilité des frères. Ainsi, s’est constituée avec des personnes cooptées une « communauté élargie ».

La Règle présente certes un profond chemin de vie spirituelle, mais la nécessité de croissance et de maturation personnelle y est peu présente. Or elle est devenue indispensable à notre époque. J’ai toujours été frappé par ces lignes prophétiques de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens (4, 11-14), où il insiste sur la nécessité de parvenir ensemble à l’unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’Hommes accomplis, à la stature du Christ dans sa plénitude. Est donc affirmée la nécessité absolue de faire communauté, et simultanément de vivre un trajet de vie personnelle qui aille vers un accomplissement. La puissante présence, au milieu des frères, du Christ arrivé à sa plénitude dans la croix et la résurrection, ne cesse de dynamiser ce mouvement. Vivre ensemble dans la simplicité des jours. En communauté et avec nos associés, s’accompagner mutuellement dans nos chemins de foi. Prendre de la distance par rapport aux conditionnements. Laisser émerger en nous le Nom nouveau qui nous est promis. Telle est notre situation de disciples en ce monde.

UN PRIEURÉ VIVANT, hier, aujourd’hui, et demain…

Le texte ci-dessous présente quelques éléments de réflexion à propos de l’avenir de la communauté bénédictine du Prieuré Saint Benoît d’Étiolles. Il est le fruit d’un travail commencé depuis plus d’un an par les frères et un petit groupe de laïcs, amis de la communauté, le groupe « Nicodème ».

D’hier à aujourd’hui :

Le compagnonnage avec des laïcs est un choix de la communauté depuis sa fondation (1943). Il a pris au fil des années différents visages : service de paroisses (L’Haÿ-les-Roses, Rungis, le Perreux, Chevilly, Choisy le Roi, Thiais dans le Val de Marne, aujourd’hui St Pierre St Paul dans l’Essonne), recherche liturgique, présence active aux problèmes du monde (aumôneries de prison, d’hôpital psychiatrique, dialogue interreligieux, insertion professionnelle).

En 1998, la communauté s’implante à Étiolles, pour partager ce goût de célébrer, d’approfondir la Parole de Dieu et de faire Église dans un esprit d’ouverture, à travers l’accueil de l’hôtellerie, des propositions de chemin spirituel, et de multiples initiatives. Depuis quelques années, des frères vietnamiens de l’abbaye de Chau Son sont accueillis durant leur parcours d’étude.

Leur « ADN », les frères le définissent ainsi :
Notre projet commun de moines pour la ville, c’est de tenir ensemble la vie monastique, comme une école pour apprendre à trouver le bonheur, et l’ouverture au monde pour partager et grandir avec des frères dans la prière et la mise en commun.
Nous voulons vivre avec un « peuple » afin de construire une communauté qui soit localement un visage de l’Église du Seigneur.
Dans la ligne de la tradition bénédictine, notre communauté privilégie trois aspects :
• La lecture de la Bible : Histoire d’un peuple croyant qui, dans les événements heureux ou malheureux de sa vie, essaye de trouver comment il est aimé par Dieu. Cette « lectio divina » quotidienne nourrit notre vie croyante et nous la vivons pour la partager avec nos frères et sœurs chrétiens.
• La liturgie : Notre prière communautaire s’exprime dans le chant et les gestes, la lecture de la Parole et la prière qui lui répond. Avant d’être des rites, ces paroles et ces gestes sont des expressions de la vie. Ils exigent vérité et compréhension. Aussi faisons-nous un effort permanent de « traduction » pour les rendre accessibles au plus grand nombre.
• L’hospitalité : Lieu de communion qui donne son assise à la communauté, par les liens tissés jour après jour avec des croyants en marche, des chercheurs de Dieu, des blessés de la vie.
Ces trois aspects constituent notre manière de vivre l’Église de Jésus Christ, ici et maintenant, en lien avec les autres communautés d’Église.

En route vers demain :

Depuis un peu plus d’un an, la réflexion conduite au sein du groupe Nicodème a dégagé plusieurs pistes à explorer pour assurer la pérennité de la communauté et de son tissu relationnel.

1 . Le noyau monastique:

Composé aujourd’hui de 7 frères dont 5 encore actifs, il est renforcé depuis plusieurs années par deux jeunes frères vietnamiens, présents pour études. L’identité monastique de la petite communauté, sa vie de prière et son accueil sont les bases historiques et les conditions d’avenir de ce prieuré. Pour enrichir la vie de notre communauté, une première expérience a été mise en route. Quatre laïques ont été appelées à rejoindre la communauté pour un temps hebdomadaire de partage : partage sur la vie de la communauté, lecture de l’Évangile du dimanche suivant, préparation de la célébration dominicale, et repas. Une seconde piste est en cours d’exploration. Elle consiste, en partenariat avec les frères cisterciens de Chau Son, en l’accueil d’un petit groupe de frères vietnamiens pour une insertion de longue durée, soit un séjour hors études.

2 La communion d’Etiolles

C’est la galaxie des amis, constituée au cours de l’histoire et qui comporte des degrés divers d’appartenance : les frères, les fraternités bénédictines, les accueillis souvent en demande de soutien, les aidants qui assurent un suivi santé des frères malades ou dépendants, les bénévoles de l’accueil à l’hôtellerie, les animateurs des propositions, les amis réguliers du Prieuré présents aux célébrations et fêtes liturgiques, … Tous se sentent solidaires de la vie du prieuré et préoccupés de son avenir. Ils savent que cet avenir se jouera dans un partenariat plus fort. Ils ont besoin que le Prieuré vive, et le Prieuré a besoin d’eux : ce que nous sommes a été construit ensemble. Beaucoup sont des chercheurs de Dieu, plus ou moins insérés dans l’Église, et qui veulent approfondir leur foi. Étiolles est ainsi un lieu périphérique dont l’Église a aujourd’hui besoin.

La réalité actuelle de la communauté des frères appelle à mieux partager, entre communauté monastique et laïcs engagés, le poids de l’animation de cette « communion d’Étiolles ». Il est proposé de constituer un conseil d’animation de la communion d’Étiolles, formé de frères et de laïcs appelés. Ce conseil veillerait à la cohérence entre ce qui se vit dans les différents cercles d’appartenance à la communion d’Étiolles et les fondamentaux du Prieuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *